Pensionnat Shinichi

Bienvenue dans le Pensionnat Shinichi, perdu dans les profondeurs d'une étrange forêt. Il est spécialement conçut pour des êtres hors du commun, mystiques ou maléfiques... Si vous en faites parti, vous serez accueilli à bras ouverts.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sakihiko Ame

Candeur reniée

avatar


Messages : 92
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 20
Localisation : Dos à la lumière...

Feuille de personnage
Nom Prénom: Ame Sakihiko
Âge: 18 ans
Qui as tu déjà rencontré ?:

MessageSujet: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   Lun 6 Aoû - 16:05




The things which carry your track, why they are so painful?

Sakihiko avec fièvre une main dans ses cheveux cendrés. Il était perdu. Totalement perdu. Ce soir, plus qu'à n'importe quel autre moment, il se sentait partagé entre deux mondes chers à ses yeux. Déchiré serait peut-être le mot plus approprié... Il se sentait déchiré. Une part de son être, celle de la raison, aspirait à savoir la vérité. Découvrir ce qui se cachais derrière ce passé inconnu. Derrière ce nom âpre et doucereux. Nostalgique... Mist. Mais pourtant, une autre part de son être, sûrement celle du coeur -s'il en avait véritablement un...-, ne voulait pas s'en soucier. Elle voulait vivre pleinement au côté de l'être qui lui était dévoué. Le seul qu'il n'avait jamais autant aimé. Le seul qui lui offrait son amour sans rien demander en retour. Le seul qui acceptait de rester avec lui même si cela ne signifiait que souffrance. Même s'il savait que cette relation était impossible, il voulait sûrement y croire...Natsuo.
Voilà. Voilà les deux êtres qui régissait sa vie. L'un régissait l'ancienne et l'autre la nouvelle. Sakihiko savait qu'il n'avait plus à se soucier de ce qu'il avait était. Que le présent était tout ce qui comptait maintenant. Que son passé ne lui apporterait rien. Rien mis à part le soulagement ? Le vampire ne savait pas... Il ne savait plus.
Il aimait son amant. A un point quasi-inimaginable. Mais cette relation était malsaine. Tôt ou tard, cela prendrait fin. Tôt ou tard il le blesserait. Comme ce fût le cas pour eux. Pour elle. Il n'était pas à l'abri de le tuer. Et cela lui faisait peur. Non. Cela le terrifiait. A un point indescriptible. Et quand bien même il réussirait à se contrôler, Sakihiko savait que l'amour n'était pas éternel. Et Natsuo non plus. Il savait que par cette relation il n'en tirerait que souffrance... Pourtant, ce sentiment agissait comme un poison sur lui. Il ne pouvait s'empêcher de vouloir l'humain ô combien même il savait qu'il ne devrait pas s'en approcher... Même s'il s'était promis de ne pas céder, il avait complètement "craqué"... L'irréparable avait était commis. Il savait qu'il ne pourrait plus jamais se passer de l'humain à présent. C'était trop tard.
Pourtant, il avait besoin de savoir. De savoir pourquoi il était comme ça. Il avait besoin de s'accepter. D'accepter sa véritable nature. Il avait besoin de savoir qui était cette personne qui occupait bon nombre de ses pensées... Il ne pouvait renier ses origines. Sakihiko le savait. Il ne pouvait pas non plus lutter contre cette attraction...celle de la connaissance.
Le vampire fût pris d'un rire désespéré. Que faire maintenant ? Ce genre de penser résonnait en lui sans cesse, formant une sorte de boucle.
Mist. Natsuo. Passé. Futur.
Il se redressa, se détachant du mur contre lequel il était adossé. La nuit venait enfin d'arriver. Il pouvait prendre un peu l'air...
Le jeune homme jeta un regard derrière son épaule, scrutant le couloir désert du dortoir. Natsuo devait sûrement être fatigué à cette heure-ci. Il n'aimait pas le savoir loin de lui mais il avait besoin de réfléchir. De se remettre en question une centième fois. Il baissa la tête, ses yeux violâtres voilés d'une ombre douloureuse. "Espèce de lâche..."
Puis, il tourna les talons, s'engageant silencieusement dans le corridor désertique.

***
Sakihiko releva lentement les yeux vers le ciel nocturne. Où aller maintenant ? Son regard dévia vers la masse sombre qui se découpait non loin devant lui. La forêt. Le lieu ou tout avait commencé, lui semblait-il. Son regard dévia lentement vers la droite. Qu'y avait-il là-bas ? Il avait une étrange sensation quant à cet endroit...

- Pourquoi ne pas aller y jeter un coup d'oeil ?...

***
Un cimetière. Bien sûr. Quel autre endroit pouvait-il attirer les morts de la sorte ?... L'endroit où, au final, il aurait sûrement dû demeurer depuis bien longtemps... Sakihiko s'engagea maladroitement entre les allées bordées de tombes et stèles funéraires. Il n'aimait pas ces endroits. Il ne s'y sentait, bizarrement, pas à l'aise. Il n'aimait pas cette odeur de mort omniprésente. Celle qui lui rappelait sans cesse qu'il appartenait à ce monde plus qu'à celui des vivants. Qu'il était tout bonnement une erreur de la nature. Un monstre. Qu'il avait injustement envoyé des personnes dans ces abysses sans fond...
Il déglutit avec difficulté, tentant de faire le tri dans ses pensées. Ne pas songer à la mort. Oublier. Se convaincre que cet instant n'était qu'un cauchemar. Rien de plus qu'un songe. Qu'il n'avait jamais existé. Que ses mains n'étaient pas souillées par ce sang qui lui était si cher...
Le vampire chancela, se rattrapant de justesse à une des nombreuses stèles. Qu'est-ce qu'il foutait ici si cet endroit lui donnait la nausée plus qu'autre chose ? Quel être pitoyable il devait être...un être incapable d'assumer sa propre nature passant son temps à se lamenter...
Le jeune homme se laissa lentement glisser par terre, se prenant la tête entre ses mains. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il était devenu ça ? Pourquoi fallait-il qu'il soit si monstrueux ?! Pourquoi était-il si écoeurant ?! Il ne voulait pas... Il ne voulait pas être ce genre de monstre. Il aurait voulu vivre paisiblement, sans avoir à tuer. Sans avoir à se cacher et fuir les autres... Même pour ce qui en était de Natsuo... Il aurait tant aimé être lové dans ses bras sans avoir à sentir l'odeur douceâtre de son sang, sans avoir à écouter les pulsations régulières de son coeur...sans avoir à être obsédé par l'idée de ne pas le mordre... Oui. Il aurait voulu être une meilleure personne que ça. Pour lui. Pour tout le monde.
Il se mordit la lèvre, frustré. Voilà le genre d'attitude dont il avait horreur. Se lamenter. Toujours et encore.
Il se releva, respirant un grand coup. Il fallait qu'il arrête une bonne fois pour route... Sakihiko réajusta le col de sa chemise -exclusivement noire, bien évidemment- et remit en place le crucifix qui pendait mollement sur son buste blafard. Il n'avait pas franchement eut le temps de bien s'habiller ce soir là. Il avait juste pris quelques affaires au hasard pour éviter de faire trop de grabuge dans sa chambre. Une chemise et un jeans duquel quelques chaînettes cliquetaient. Et, sa ribambelle s'accessoires habituels; colliers, bracelets, boucles d'oreilles et piercings... Rien de bien extravagant...
Le vampire s'adossa contre le tronc d'un arbre, fixant la pleine lune qui illuminait le ciel. Et maintenant ? Qu'est-ce qu'il comptait faire ?...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumiko Rengu


avatar


Messages : 48
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 20
Localisation : In The Darkness

Feuille de personnage
Nom Prénom: Yumiko Ringu
Âge: 16 ans
Qui as tu déjà rencontré ?:

MessageSujet: Re: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   Mar 7 Aoû - 23:24

Les jours passe et se ressemble. Réplique digne d'un vieux film. Ou d'un poète quelconque. Mais pourtant vrai. Beaucoup trop. C'est agaçant quand rien n'a lieu. Quand les minutes ne font que se balader. Que le temps deviens trop long. Mais surtout quand cela fait peu que vous êtes a un endroit et que cela est pourtant semblable a une éternité. Pas vrai ? Mais l’éternité. Au fond, a t-elle un vrai sens ? Non pas vraiment. Surtout pour elle. Pour la jeune fille endormie. Celle a l'allure douteuse. Des yeux rose vous plongeant dans des abysses de désespoir. Et des dents si longue que grâce a elle vous n'en sortirez jamais. Moral dédaigneux. Cynique. L'envie de voir les autres souffrir autant que possible. Ainsi que le sang se déverser telles des cascades. Voilà donc qui est Yumiko. Le soleil toujours aussi énervant ne voulant pas se coucher, la vampire reste enfermer. Continuellement dans la même pièce. La même obscurité. Sans chercher a aller un peu plus vers les autres. Parce que cela ne serre finalement a rien. C'est alors derrière la peur qu'elle ne fait que ce cacher. Tout simplement car cela semble plus simple. C'est plus simple. Éviter. Fuir. Se convaincre que l'ont est forte. Que l'ont n'a besoin de personne pour vivre. Pour exister. Alors que c'est faux. Tellement faux. Une auto manipulation qui ne prendra jamais fin. C'est tout ce qu'elle fait. Pour encore longtemps. Et si quelqu'un, un abruti passant sur sa route, voudrait lui tendre la main. Alors elle la coupera. L’arrachera. Pour ne pas être ennuyer par ce qu'ont appel l'amitié. Un mot qui ne veut en réalité rien dire. Trois syllabes et six l'être. Nom féminin. Attraction réciproque entre deux personne. Et c'est tout. Mais cette chose peu alors se transformer en une autre. Évoluer. En amour ? C'est bien de là que vient le problème. A cause de cette personne. Odieuse. Répugnante. Elle se méfie. Pour ne pas une fois de plus retomber. Se retrouver submerger par des sentiments tous les plus fou les uns que les autres. Tous les plus incompréhensible. Idiot. Et immature. Tout comme la jeune fille quand on y pense bien. Mais il y a un coupable au faite qu'à présent elle est devenue aussi abjecte. Le coupable ce ne peu que être lui. Ren.
Et même dans ses songes. Lieux où elle pourrait avoir un minimum de contrôle. Il est là. Encore. Comme si rien ne s'était passer. Fièrement il se tiens devant elle. Grand sourire sur ses lèvres. Visage pétillant de bonheur. Le soleil est si haut. Et les fleures sont si belles. D'une couleurs envoûtante. Seule face a cette campagne charmante. Sublimer par les oiseaux qui volent. Insouciant. Ils parlent. Discute ensemble. De tout comme de rien. Comme avant... Avant ce drame. Avant qu'il ne la trahisse. Qu'il la laisse pour morte. Et même qu'il l'abandonne. L'abandon... Une forme de lâcheté. On se débarrasse de quelque chose dont on ne veut plus. Dont on a plus besoin. Dont on a jamais eu besoin. Oui c'est cela. Jamais il ne la vraiment voulu. C’était une sorte d'attraction pour lui rien de plus. Et elle comme une gamine naïve elle l'a suivi. C’était idiot au final. Elle aurait du rester dans cette chambre ce soir là. Mais c'était hélasse déjà trop tard. Le charme avait toute emprise sur son corps. Elle ne pouvait s'en défaire. Lutter. C’était peine perdu.
Des larmes coulent sur ses joues pâle. De bonheur. Ses pensées s'éclaircisse quand elle est inconsistante. Ses mirettes s'ouvre peu a peu. Se redressant sur le matelas Yumiko passe une main dans ses cheveux. Tout est flou. Et tout tombe en morceau. Ce mirage disparaîtra alors de sa mémoire aussi vite que quand il est venu. Seulement cette sensation. Le faite qu'il était présent. Lui, ne s'effacera pas. Pour cause encore maintenant cela est présent. Et elle y ajoute ses propres souvenirs. Qui eux on bien exister en revanche. A commencer par le commencement. Ce pacte. La cause de tout. Même si cette chose a sûrement était proposer a d'autres filles. Ou même d'autres hommes. Au final ce rien, pour elle est un tout. En faite la parti était déjà entamé lorsqu'il l'a sorti du froid. Lorsqu'il l'a garder près de lui pendant quelque nuits. Quelque jours. Le temps qu'elle reprenne ses esprits. Puis viennent les moment jovial. Ceux qui la rendre nostalgique. A finir par vouloir revenir en arrière a tout prix. Et ne plus jamais le laisser. Même si elle sait qu'il finira par la quitter une fois de plus...
Ne voulant plus penser a cela elle secoue la tête. De gauche a droite. De droite a gauche. Elle ne doit pas. Non. Elle ne doit plus. Plus jamais. Oublier. C'est tout. Tourner la page. Une bonne fois pour toute. Et enfin, oui enfin recommencer tout a zéro. Une nouvelle vie. Où elle pourra être heureuse. Encore une fois peu-être.
Pleine d’énergie, Yumiko se lève. Alors qu'il y encore un instant, elle sombrer dans un état dépressif. C'est fou. Totalement fou. Son comportement. Son caractère change si vite. Il passe du blanc au noir. Du jour a la nuit. Lunatique. Oui elle est lunatique.
Un coup de brosse. Cheveux lâcher munie d'un minuscule chapeau noir ornée de dentelle. Corset rouge rubis. Suivi d'une jupe courte a volant noir corbeau sans oublier ses bottes a semelle compenser. Bien sûr il y a toujours, la croix fixée a sont collier en cuir. Des chaînes et puis des bracelets cloutées. C'est toujours drôle de pouvoir mettre toute sorte de chose avant de sortir. C'est donc ainsi que la jeune vampire sort parcourant les couloir. Couloir toujours aussi bruyant. Chiant... Avec des personnes que l'ont n'a jamais vue. Ou certaine que l'ont a déjà croiser et dont on ne se souvient plus deux minutes plus tard.
Après avoir traverser les interminable corridor. Elle se retrouve devant la grande porte. Celle que a son de sont arrivé ici, elle avait eu tant de mal a pousser. Le paysages au alentour n'a pas changer. Il reste le même. L'herbe si douce est encore là. Le jardin également.
S'avançant près du portail elle caresse faiblement les barreaux. Barreaux de fers. Glacial. Comme elle. Comme sont cœur...

-Haaann... Je m'ennuie !!! S'exclame t-elle comme si elle était seule au monde.

Il n'y a donc rien a faire  ? Les gens se réunisse pour étudier tranquillement en oubliant leurs différence. Alors que la jeune fille ne compte pas entrer dans une salle de cours de si tôt. Cela fait bien longtemps qu'elle a arrêter l’école. Et cela ne servirais a rien de reprendre. En bref, elle reste dans ce pensionnat parce que... Parce qu'ont ne sait pas trop. Même elle n'en sait absolument rien. Il faut dire que avec cette étrange donzelle il arrive un moment où comprendre n'a plus de sens. Et ce mot ne veut rien dire non plus. Comme bon nombre de chose pour elle.
Continuant de marcher sans se poser de question, elle traîne les tallons. Pourquoi aller par la ? Plutôt que là-haut ? Pour rien. Aucune importance. On doit bien aller quelque par non ? Donc pour ce soir ce sera... D’après la direction que prennent ses pied. La foret. Ou peut-être encore plus loin. Qui sait quand elle s’arrêtera.
Les arbres se dresse devant elle. Tout comme les nuages noirs semblable a des taches d'encres. Il fait sombre. De plus en plus. Cela n'est pas bien important. Un être comme elle. Ne fait que vivre a l’abri de la lumière. Et même a l’abri de tout. Car on fini toujours par être blessé bien plus souvent que ce que l'ont pense. Une trace d’inattention et c'est la fin. Et ô combien elle sait comme cela peu faire mal. Terriblement mal. Une douleur intense. Qui vous transperce. Qui vous déchire. Comme un vulgaire bout de viande dans la gueule d'un chient. Un chien... Un animal galeux qui traîne partout. Qui vous rapporte des puces a toute heure. Comme l'humain... Sauf que celui-ci a une particularité bien a lui. L’égoïsme. Oui il est égoïste et le restera. Du moment que les choses l'arrange tout va bien. Mais une fois que tout fini par basculer alors il fui. Devant tout ! L'humain est également faible. Ignorant. Pensant être l’espèce la plus intelligente qui existe. Qui mérite le plus d'attention. Abruti ! L'humain est un belle abruti.
La vampire sort un peu plus de la foret. Foret dans la quelle, elle est entrer il y a peu. Les végétaux s’écartent. Et là au milieu de nulle part. Là où peu de gens se rendent. Des tombes. Le cimetière. Celui où on enterre les mort. Les non-vivant – habituellement du moins. C'est désert. Complément désert. On peu voir quelque corbeau. Ou bien, des vautours. D’après Yumiko, ces volatiles « bouffe » les cadavres en décomposition. C'est un spectacle auquel elle voudrait bien assisté. Et elle, se nourrit des être encore fait de chaire. Quand on peu encore entendre leurs cœur battre. D'ailleurs rien que d'y penser, cela lui donne faim. Pendant combien temps encore ne pourra t-elle pas s’abreuver tranquillement ? C'est long. C'est énervant. De devoir se limitée ! On lui offre la vie éternel. Alors que celle-ci est remplie d'interdit. Ce n'est pas juste. Ce sont toujours les même qui on le droit a tout...
Se tortillant comme une chenille elle s'amuse a aller de stèle en stèle. En sautillant joyeusement. Ce n'est pas bien de profanée et d'ennuyer les gens pendant leurs sommeille ! Depuis quand devrait-elle se soucié de ce qui est bien ou non ? Il s'agit tout de même de Yumiko !
Soudain elle trébuche. Se retrouvant alors a plat ventre sur le sole. De mince gémissement se font entendre. Tout en se redressant elle aperçois une silhouette. Un homme peut-être ? De loin il est difficile de voir a quoi il ressemble. Un nouveau joujou ? Si seulement. Tel un gentille chaton elle se rapproche. En douceur. S’arrêtant a une dizaine de mètres, elle le regarde. Le dévisage. Même si elle est tout de même assez loin, pour la jeune fille il a l'air égarer. Dans ses pensées sûrement.
Jouer. Jouer. Oui jouer ! Ce mot se répète sans arrêt dans sa jeune tête pleine de malice. Heureuse, elle sourit. Un Sourire rayonnant. Montrant sa satisfaction.
Pour la deuxième fois, elle refait ces petit saut. Sur un pied. Puis sur l'autre.
Ainsi de suite.

-Prom'nons-nous dans les bois. Pendant que le loup n'y est pas. Si le loup y était. Il nous mangerait. Mais comme il n'y est pas. Il nous mang'ra pas. Loup y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ? Je mets ma chemise. Prom'nons-nous dans les bois. Pendant que le loup n'y est pas. Si le loup y était. Il nous mangerait. Mais comme il n'y est pas. Il nous mang'ra pas. Loup y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ? Je mets ma culotte. Prom'nons-nous dans les bois. Pendant que le loup n'y est pas. Si le loup y était. Il nous mangerait. Mais comme il n'y est pas. Il nous mang'ra pas. Loup y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ? Je mets mes bottes. Prom'nons-nous dans les bois. Pendant que le loup n'y est pas. Si le loup y était. Il nous mangerait. Mais comme il n'y est pas. Il nous mang'ra pas. Loup y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ? Je mets ma veste. Je mets mes chaussettes. Je mets mes bottes. Je mets mon chapeau. Je mets mes lunettes. Je prends mon fusil... J’arrive ! Fini-t-elle par hurler.

Se plaçant devant cette être a première vue chétif elle fait la moue. Penchant la tête d'un coter puis de l'autre Yumiko le détaille. Pas très grand. Fin. Cheveux couleur cendre. Yeux violet. Il n'est pas commun. Cela est sûr. Au font, elle sait qu'il lui ressemble. C'est étrange. Comme lorsqu'elle était avec Ren. La même sensation. Non elle ne doit pas penser a cela. Pas maintenant !
Tout en se mettant face a lui, la vampire se place sur ses genoux. Elle lui montre un vissage assez anxieux. Pour passer a un plus dynamique. Son poing tapote légèrement la tête de l'inconnue. Comme si elle savait qui il était. Comme si elle l'av ait toujours su.

-Pourquoi tu es là tout seul il est tard. Tu est triste ? Onii-chan.Dit-elle avec une voix enfantine.

Yumiko se rapproche de lui encore un peu plus. Elle a envie que cette torture mentale continue. Bien sûr elle ne sait pas si celle-ci marche. Mais si oui alors elle continua. Encore et encore. Jusqu'à ce qu'il en souffre vraiment. Qu'il soit abattue. Qu'il pleure. Alors a cette instant, elle pourra le regarder de haut. Le mépriser comme si il ne valait rien. Pour lui faire comprendre que sur cette terre il n'est qu'un grain de sable. Une simple petite pierre facile a cassée. Et c'est elle qui se chargera de cette tache. Pour son plus grand plaisir...

-Tu veut encore que je chante ? Je peu chanter pour Onii-chan ! Je chanterais toujours pour Onii-chan.


Dernière édition par Yumiko Rengu le Mar 21 Aoû - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maison-rakuen.forumactif.org/
Sakihiko Ame

Candeur reniée

avatar


Messages : 92
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 20
Localisation : Dos à la lumière...

Feuille de personnage
Nom Prénom: Ame Sakihiko
Âge: 18 ans
Qui as tu déjà rencontré ?:

MessageSujet: Re: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   Jeu 9 Aoû - 21:55



Everything starts inevitably I was frightened at the thought that I will end up losing you.
Une présence. Sakihiko n'eut même pas le temps de réagir qu'une voix -ou plutôt un chant- enfantine le sortit de sa torpeur.
Un loup. Une chasse. Prédateur et proie...
De légers pas se firent entendre dans le cimetière désert. De faibles pas, à la fois énergiques et, d'une certaine manière qu'il ne pouvait vraiment expliquer, espiègles. Puis, au bout de quelques secondes, ils prirent fin. Le vampire leva les yeux vers la personne qui se tenait devant lui; une fille. Une fille pour le moins étrange, d'ailleurs. Enfin...tout autant que lui, pouvait-il dire. Son regard s'attarda quelques instants sur ses yeux. Son regard lui semblait mauvais, peut-être était-ce une lueur de cruauté qui y brillait faiblement ? Mais, paradoxalement, il cru y déceler un vide. L'amertume. La tristesse. Ou peut-être même de l'incompréhension. Il n'en savait rien. Après tout, comment pouvait-il se permettre de juger aussi vite ?
Son regard glissa vers sa chevelure accordée à ses iris. Étrangement, ils lui rappelaient ceux de Natsuo... Le jeune homme baissa lentement la tête. Il était donc obsédé par lui au point de réussir à l'assimiler à n'importe quoi ?...
L'inconnue fit la moue, penchant la tête sur le côté tout en le dévisageant. Le visage anxieux elle s'agenouilla devant lui, tapotant le haut de sa tête avec son poing. Sakihiko ne réagit pas à l'encontre de ce geste, la détaillant avec stupeur. Que pouvait-elle bien faire ici à cette heure ci ? Peut-être était-elle une élève du pensionnat ? Il sourit mentalement, repensant à son attitude décalée par rapport à son âge -du moins à l'âge qu'elle paraissait avoir-. Il ne pouvait s'agir que d'une pensionnaire. Seuls eux pouvaient être si "étranges". Il était un bon exemple lui même...

-Pourquoi tu es la tout seul il est tard. Tu est triste ? Onii-chan, minauda-t-elle de sa voix enfantine.

"Onii-chan...". Le jeune homme se figea, ce mot retentissant en écho à ses oreilles. Un mot qui ne faisait que réveiller en lui de vieilles blessures. De douloureux souvenirs. Une nostalgie et une candeur hors de portée, à présent inexistantes. Un mot rappelant un autre monde. Un monde déchu, auquel il ne pourrait plus jamais revenir. Un monde qu'il avait détruit de ses propres mains. Réduit à néant...
Oui, jamais plus il n'aurait crû avoir à entendre ce mot. Mot qui, autrefois, semblait si bien le désigner. Mais, à présent, dans cette douloureuse réalité, dans ce monde qui lui était si cruel, il ne voulait plus l'entendre. Plus jamais.
Ses yeux mauves se voilèrent d'une ombre indescriptible. Il remua faiblement les lèvres, comme chuchotant un mot inaudible. Mot qui n'avait plus lieux d'être. Plus maintenant. "Miki...".
La demoiselle s'approcha un peu plus de lui, visiblement satisfaite de sa réaction.
Que cherchait-elle à faire ?
-Tu veux encore que je chante ? Je peux chanter pour Onii-chan ! Je chanterai toujours pour Onii-chan.

Sakihiko porta faiblement une main à son front et soupira. Ce nom semblait lui donner la migraine. Trop de choses refaisaient surface. Trop de souvenirs... Une odeur de sang. Une sensation d'horreur. Un cauchemar éveillé. Une mort imminente. Leur mort. Sa mort. Sa mort causée par sa propre faute...

-Tu...tu peux arrêter de m’appeler comme ça ? Si tu veux pouvoir m'appeler, tu n'as qu'à utiliser le prénom de Sakihiko, dit-il en lui adressant un sourire qui se voulait détendu. C'est le mien, enfin en présumé...

Il se releva, passant une énième fois sa main dans sa chevelure cendrée. Pour quelqu'un qui voulait un peu de solitude, on pouvait dire que cela s'annonçait bien mal. Qui de plus, il fallait que son interlocutrice le surnomme d'une façon qu'il avait bien dû mal à supporter...
Sakihiko plongea son regard dans celui de la jeune fille, réfléchissant aux questions qu'elle lui avait précédemment posé. Il avait était tellement "choqué" qu'il n'avait pas pensé à y répondre de suite...

-On va dire que je suis venu pour réfléchir un peu...faire une sorte de méditation, peut-être. Dans mon cas, on ne peux pas vraiment dire qu'il est si tard que ça...ma journée vient à peine de commencer. Et puis je pourrais très bien te retourner la question; que fais-tu ici toute seule et à une heure si tardive ?dit-il en esquissant un bref sourire.

Il fit quelques pas, s'arrêtant devant une tombe, tournant le dos à la demoiselle. Il posa doucement sa main sur la pierre vermoulu, regardant ses pieds. Il n'aimait définitivement pas ces endroits...

-C'est assez rare de voir des jeunes filles comme toi dans ce genre d'endroit. Surtout quand elle sont d'humeur à chanter... Tu aimes les cimetières ? Pour ma part...je dois dire que je les déteste...murmura t-il en serrant rageusement le poing.

Ses derniers mots résonnèrent avec une amertume inexplicable. Pourquoi se sentait-il si mal ? Pourquoi sentait-il monter en lui une fureur glaciale ? Pourquoi...pourquoi tout était si compliqué quand il s'agissait de ses émotions ? Émotions qu'il ne pouvait même pas lui même contenir...
Sakihiko baissa un peu plus la tête, de fines mèches tombant devant ses yeux violacés. Elle devait vraiment le prendre pour un abrutit... Un abrutit complètement névrosé...
Il se redressa puis tourna la tête en direction de la demoiselle.

-Excuse moi si j'agis bizarrement...on va dire que je ne suis pas dans un bon jour. Enfin peu importe. Quel est ton nom ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumiko Rengu


avatar


Messages : 48
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 20
Localisation : In The Darkness

Feuille de personnage
Nom Prénom: Yumiko Ringu
Âge: 16 ans
Qui as tu déjà rencontré ?:

MessageSujet: Re: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   Mer 22 Aoû - 18:25

Ce mot. Sans importance. Délicat. Montrant un quelconque lien avec autrui. Affection. Tendresse. Chaleur et amour. Onii-chan... Chose dont elle n'a jamais eu le droit. Dont elle n'aura jamais je droit. Une personne qui pourrai lui dire, « ne t'en fais pas je suis là ». Une personne capable de la protéger. De la chérir. De l'aimer. C'est impossible. A présent aucun être ne serra comme ça avec cette enfant. Trop vilaine pour être apprécié. Trop tordu et fourbe. Yumiko, ne mérite que la souffrance. Rien d'autre. Rien de joyeux. C'est fini. Le temps où elle pouvait sourire est déjà trop loin. C'est pourquoi pendant quelque seconde, quelque minute. Elle espère redevenir cette petite fille chétive qu'elle était autre-fois. Qui aurait pus bénéficié d'un, onii-chan.
Le jeune homme assis, se fige. Littéralement. Il est claire que cette appellation ne le laisse pas indifférant. Mais pourquoi ? Il serait amusant de le savoir, pas vrai... Et si elle continuer. Encore. Si elle est forcer de constamment ressentir la douleur, alors lui aussi ! Tout le monde. Tout le monde devrait pleurer. C'est juste ce qu'elle désire. Les voir ramper...
L'inconnue pose une main sur son front pale. Et soupire. On dirait bien que quelqu'un la sorti de la tranquillité. Oh, quel dommage...

-Tu...tu peux arrêter de m’appeler comme ça ? Si tu veux pouvoir m'appeler, tu n'as qu'à utiliser le prénom de Sakihiko. C'est le mien, enfin en présumé...

Dit-il en montrant un leger sourire. Sakihiko. Il présume ? Alors cette idiot ne sait même pas si c'est son prénom ? Finalement ne serait-elle pas tombée sur une âme facile a torturer. De la chance, enfin. Il semble tout a fait inoffensif. Il semble... Pourquoi ne pas pousser plus fort. Le mettre en colère ou autre chose. Toute sorte d'idée passe à travers sa jeune tête. Dans tout les cas, elle ne compte pas en rester là. Bien sûr que non. Ce ne serait pas drôle autrement.
Sakihiko se relève sous les mirettes de la donzelle. Celui-ci plongeant ses yeux mauve dans les sien. Elle, reste de marbre. Ne voulant rien laisser paraître Juste une couleur profonde. Intense. Montrant a quel point il est facile de souffrir. Et difficile d’être heureux...

-On va dire que je suis venu pour réfléchir un peu...faire une sorte de méditation, peut-être. Dans mon cas, on ne peux pas vraiment dire qu'il est si tard que ça...ma journée vient à peine de commencer. Et puis je pourrais très bien te retourner la question; que fais-tu ici toute seule et à une heure si tardive ? Fini t-il en montrant un petit sourire.

Sa journée vient de commencer... Sa nuit s'est achever... C'est une bête. Un être indésirable. Qui est capable de prendre la vie de quiconque se trouvant devant lui. Tout comme notre vampire... Yumiko secoue alors la tête. Non il ne peu pas être comme ça. Il est si frêle. Ce n'est pas possible. Ce qu'il a dit là était une simple insinuation. Il peu très bien être un humain. Un pauvre humain qui aime l'obscurité. C'est tout !
Et puis. Pourquoi sourie t-il d’abord. Il n'en a pas l'autorisation. C'est interdit. Du moins pas lorsqu'elle est là. Il ne lui faudra pas bien longtemps avant que celui-ci s'éclipse...
Après quelque pas le jeune homme s’arrête devant une tombe. La caressant tout en regardant ses pied. Cette personne inspire la mélancolie. Il y des gens comme cela, on sait quand ils on mal. Et aggraver leurs cas est encore plus divertissant.

-C'est assez rare de voir des jeunes filles comme toi dans ce genre d'endroit. Surtout quand elle sont d'humeur à chanter... Tu aimes les cimetières ? Pour ma part...je dois dire que je les déteste...

Ses poing qui était encore calme, se rétracte brutalement. Se pourrait-il qu'il soit liée a ce genre de lieu ? Ou quelque chose de ce type. En générale quand on n'aime pas ces endroits. C'est sûrement car on a déjà perdu quelqu'un ayant de la valeur. Enfin, ce n'est pas très grave. On fini tous par mourir un jour. Seulement certain parte plus vite que d'autre. C'est le destin. C'est la mort...
Une chose est sur ! C'est que cette homme parme beaucoup. Beaucoup trop pour la jeune fille. Celle-ci n'a a vrai dire pas le temps de pouvoir lui répondre, qu'il change déjà de sujet.
Sakihiko qui semble abattue se redresse soudainement. Pour par la suite faire face a la vampire. Quelque chose. Quelque chose de bien trop ambiguë la traverse. De la tristesse ? Comme si chaque sentiment semblable a cella l’envahissait. Lorsque ses prunelle croise les sienne

-Excuse moi si j'agis bizarrement...on va dire que je ne suis pas dans un bon jour. Enfin peu importe. Quel est ton nom ? 

Alors ça, c'est une évidence. Pas besoin de le dire pour le savoir. On dirai même qu'il sort d'un enterrement. Bon, c'est un peu exagérer.

-Yumiko Ren...

Yumiko Rengu... Rien que son propre nom lui fait penser a lui. Il l'écœure. Au point de vouloir devenir amnésique pour l'oublier. Oublier pour tout recommencer. Repartir à zéro. Ne plus se souvenir de cette existence misérable... La vie.
Ses mains tremble quelque peu. Laissant apparaître la peur sur son visage. Le tourment. Son cœur quand a lui bat. Comme il ne le devrait. Pourquoi ? Pourquoi maintenant. Ce n'est pas juste. Même sans être là, il gâche tout.
C'est faux c'est elle qui a toujours tout gâcher...

Rengu Fini-t-elle par lâcher confuse. Mais pour toi c'est, Imôto-san ! Dit-elle tout en riant.

Retrouver son calme. Il le faut. Un souffle léger s'échappe de sa fine bouche. Songeant a ce qu'elle pourrait bien lui dire, elle se more les lèvres. La vampire ne sait plus trop où elle en est. Beaucoup de chose on était dite. Sachant que tous ce qu'entend Yumiko ne reste pas bien longtemps en mémoire.

-Tu es étrange... Sort t-elle vaguement. Les cimetières sont sympathique je me demande pourquoi tu ne les aimes pas. Et puis... C'est ici que repose les morts, non ? Je devrais être parmi eux. Tu ne crois pas ? Un rire dédaigneux se fait entendre.

Tel un lynx sournois aux pâtes de velours, elle se rapproche de lui. Enroulant ses doigts dans ses longs cheveux. Comme toute belle demoiselle qui se respecte. Belle demoiselle ? Absurde. Affreux monstre buveur de sang sadique, peut-être. Sûrement.
Les mèches de sa frange bien trop longue, lui tombent sur le visage. Ainsi ses yeux sont dissimulée derrière ce rideau.
Son bras s'enroule timidement autour de celui du jeune homme.

-Je suis venu ici par hasard. J'ai crus que jetait perdu. Mais tu était là ! Onii-san était là ! Dit-elle avec accablement, en regard le sol.

Ce n'est pas vrai. Mais, ce n'est pas faux. Elle n'a jamais voulu tomber sur quelqu'un. Mais le destin a choisi que se soir elle s’amuserait. Peu importe comment. Seul le résultat compte.
Sa mains glacial se met a glisser. Pour se retrouver a tenir fermement celle de Sakihiko.

-Je... ( une fine larme descend le long de sa joue) Je n'ai jamais eu de frère. Toute seul... J'y est toujours était. Alors, en te voyant je me suis dis. Que nous pourrions former notre propre famille. Voudrais-tu devenir mon Onni-san ? Et si je suis une mauvaise fille tu pourras me punir...

Sur ces paroles, son étreinte se ressert. Ses pupilles se plante a l’intérieure du regard de l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maison-rakuen.forumactif.org/
Sakihiko Ame

Candeur reniée

avatar


Messages : 92
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 20
Localisation : Dos à la lumière...

Feuille de personnage
Nom Prénom: Ame Sakihiko
Âge: 18 ans
Qui as tu déjà rencontré ?:

MessageSujet: Re: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   Lun 15 Oct - 20:01


A sweet dream will stop when the night ends.


Alors qu'il parlait, la jeune fille l'écouta en silence. Étrangement, le vampire se sentait légèrement mal à l'aise en sa présence. Elle lui était insondable, indéchiffrable... Qui était-elle vraiment ? La petite fille malicieuse et espiègle ou la demoiselle froide et cruelle, qu'il avait cru entrevoir dans ses prunelles rosâtres ? Il ne pouvait le dire...
L'inconnue ouvrit la bouche, répondant à sa dernière question :

-Yumiko Ren...

Elle s'arrêta brutalement de parler, ses mains parcourues par de faibles tremblements. Sakihiko arqua un sourcil, surpris. A l'instant, n'était-ce pas la peur qu'il avait vu voiler son visage ?

-...Rengu, lâcha-t-elle après quelque seconde. Mais pour toi c'est, Imôto-san !

Elle accompagna sa phrase d'un sourire, ne faisait que croître le malaise du jeune homme. Lequel de ses visages était la "véritable" Yumiko ? Qui donc pouvait bien se cacher derrière ces masques ? Le vampire voulait le savoir. Non pas qu'il était curieux mais...d'une façon qu'il ne pouvait expliquer, il se sentait proche d'elle. Comme s'ils se "ressemblaient". Comme s'il pouvait la comprendre...
Ça pouvait sembler idiot. Cela l'était, peut-être même. Oui, à coup sûr. Mais Sakihiko avait compris depuis bien longtemps qu'il l'était. Un parfait idiot, rêvant les yeux ouverts.

-Tu es étrange...murmura-t-elle. Les cimetières sont sympathique je me demande pourquoi tu ne les aimes pas. Et puis... C'est ici que repose les morts, non ? Je devrais être parmi eux. Tu ne crois pas ?

Un léger rire, dédaigneux, s'échappa de ses lèvres. Il n'y avait pas de doute. Du moins presque plus. Yumiko était bel et bien comme lui. Un "monstre". Un être tout autant détestable que lui. Voir peut-être plus...
Celle-ci s'approcha un peu plus de lui, ses bras graciles s'enroulant autour de celui du jeune homme. Elle baissa piteusement la tête, ses fins cheveux roses dissimulant ses yeux.

-Je suis venu ici par hasard. J'ai crus que j'étais perdu. Mais tu était là ! Onii-san était là !

Faux. Ses paroles sonnaient faux. La demoiselle n'avait pas l'air de quelqu'un qui venait de se perdre. Si cela aurait vraiment était le cas, elle ne serait pas venue ici en chantant. Elle ne lui aurait pas parler avec autant de calme et d'aise. Elle ne lui aurait sûrement pas sourit. Pas de la sorte.
Sa main glaciale descendit lentement, se glissant dans celle, tout aussi froide, du vampire.

-Je... Je n'ai jamais eu de frère. Toute seul... J'y est toujours était. Alors, en te voyant je me suis dis. Que nous pourrions former notre propre famille. Voudrais-tu devenir mon Onii-san ? Et si je suis une mauvaise fille tu pourras me punir...souffla-t-elle en plantant ses yeux dans les siens, une larme glissant le long de sa joue.

Sakihiko savait. Il savait que tout ceci n'était pas réel. Qu'elle lui mentait. Enfin qu'elle le faisait en partie. Il savait que, encore une fois, on jouait avec lui. Avec son esprit trop fragile. Torturé. Mais, il ne pouvait tout simplement pas. Il ne pouvait pas l'ignorer. Il ne pouvait pas faire comme si cela lui était égal. Comme si cela ne l'affectait pas...
Il était peut-être simplement trop gentil. Ou trop niais. Peut-être les deux. Mais il ne pouvait pas "l'abandonner". Il en était incapable. Cette fille aux allures chétives et cette voix qui ne cessait de l’appeler par ce qui, jadis était comme son prénom...il ne pouvait pas la rejeter.
Sensible. Oui, encore une fois, il l'était...
-Tu...tu es...comme moi, n'est-ce pas ? Tu es aussi un vampire, murmura-t-il en passant fébrilement une main dans sa chevelure soyeuse.

Du bout des doigts, il essuya la larme qui luisait sur sa joue pâle et afficha un faible sourire.

-Ne me mens pas. Je sais pertinemment que je suis un idiot, mais je suis encore en mesure de démêler le vrai du faux... Mais si tu y tiens vraiment je peux essayer. Je peux essayer d'être un grand frère pour toi. Essayer de te comprendre.

Famille... Ce mot lui semblait loin, si loin à présent... Depuis quand ne faisait-il plus partie de son vocabulaire ? Depuis combien de temps l'avait-il oublié ? Depuis combien de temps avait-il détruit la sienne ?... Il ne savait pas. Il ne voulait plus s'en souvenir. Juste oublier. Oublier tout...pour ne plus jamais souffrir. Pour ne pas avoir à se détester, à se haïr. Pour enfin accepter les autres, se faire accepter... C'était égoïste. Le bonheur qu'il ne demandait n'était là rien de plus qu'un de ses nombreux souhaits égoïstes. Tout ce qu'il voulait était fuir. Fermer les yeux et se boucher les oreilles. Ne plus rien avoir à voir ni à entendre. Partir et être heureux. Une bonne fois pour toutes.
"Oublier...jamais...je n'oublierai jamais !"

La pluie formait un rideau opaque autour du cimetière. L'incendie s'était éteint la veille, au petit matin. A présent il ne restait rien. Rien de plus que des cendres obscures et des amas de pierres noircis, éparpillés aux quatre coins de l'endroit où, jadis, se tenait fièrement le pensionnat. Tout avait était réduit à néant. Absolument tout...
Le garçon s'agenouilla devant la tombe fraîchement fermée qui se tenait à ses pieds. Il aurait voulu lui offrir une sépulture meilleure, quelque chose de plus honorable que cette petite pierre tombale... Mais le temps lui manquait. Le temps leur manquait. A eux tous.
Le jeune homme frémis, tentant tant bien que mal de retenir ses larmes. Il ne pouvait pas pleurer, non, il n'en avait plus le droit. Il ne pouvait pas s'abandonner de nouveau au désespoir.
Ses mains se crispèrent douloureusement sur ses genoux. Pourquoi ? Pourquoi toutes ces horreurs ? Pourquoi eux...
Il suffoqua, sa poitrine opprimée par les pleurs qui voulaient s'en échapper. Levant faiblement le visage vers le ciel gris, il laissa ses larmes s'écouler, celles-ci se mélangeant avec la pluie glaciale qui tombait en trombe sur lui. Une main familière se posa sur son épaule. Il n'eut pas besoin de se retourner pour savoir à qui elle appartenait. Mist.

"Pourquoi ?demanda-t-il d'une voix rauque, trahissant toute la tristesse qu'il éprouvait. Pourquoi l'ont-ils tué ?... Pourquoi est-ce qu'ils nous ont fait ça ? Pourquoi..."

Sa voix se brisa. C'en était trop pour lui. Il s'était pourtant promis d'être fort, de ne pas fléchir malgré son émotion, mais c'était impossible. Il n'était pas comme Mist. Il n'était pas fort. Et il ne le serait jamais.
Aussitôt, Mist l'étreignit brutalement. Sa présence rassurante calma aussitôt le garçon. Ce n'était pas un contact humain, pourvu de chaleur et de vitalité. Non, bien au contraire. Cela faisait depuis une éternité que la vie avait quittée leurs deux corps. Depuis près d'une centaine d'année. Pourtant, son contact n'en était pas moins doux et bienveillant. Mist ne l'abandonnerait jamais.
Il le savait.
Le jeune homme se dégagea doucement de ses bras réconfortants et posa une main sur les petits sillons gravés dans la pierre de la tombe. Les lettres, maladroitement alignées, formaient un prénom; celui de Sakihiko.
Versant une dernière larme, il murmura :

"Je ne t'oublierai jamais. Ni toi, ni tous les autres. J'en fais le serment."

Sakihiko sursauta violemment, revenant à la réalité. Etait-ce de nouveau...
Avant même qu'il n'eut le temps de formuler cette pensée, il se pencha vers l'avant, des larmes s'écoulant avec frénésie de ses yeux mauves. Pourquoi ? Pourquoi avait-il si mal au coeur ? Quel était ce sentiment qui lui déchirait si douloureusement la poitrine ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne crois pas aux adieux. Pas pour nous... [Pv Yumiko ~ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» "Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer."
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Votez pour nous
» Mort de Lotus... Adieux [PV pour le moment]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Shinichi :: L'extérieur :: Endroits sombres :: Le Cimetière-